Archives pour avril 2011

Niveaux de formations et fonctions à la RATP

Nous avons visité le centre de la RATP du 13eme arrondissement. Un responsable « prévention-sécurité » nous a fait découvrir les lieux et présenté quelques membres du personnel. Voici une Pyramide représentant les fonctions que l’on peut occuper avec différents niveaux de formations au sein de l’entreprise de la RATP.

 

Niveaux de formations et fonctions à la RATP

triangle entreprise

 

Si vous voulez en savoir plus sur l’entreprise, vous pouvez consulter ces ouvrages au CDI:

 

L’entreprise expliquée aux ados (p.44-48), Bertrand Pointeau. Édition Nathan. 2008.

L’entreprise un acteur clé de la société (p.26-27), Serge & Philippe Hayat. Éditions Autrement. 2006.

 

Dans un Centre Bus (13ème)…

Le Vendredi 14 Janvier 2011 nous avons visité le Centre Bus du 13ème arrondissement de Paris. C’est le plus petit Centre Bus de la ville ; mais nous l’avons trouvé grand : il peut accueillir au moins soixante bus !

    Dans ce Centre Bus nous avons eu la chance de rencontrer différents employés de la RATP :

  • Le responsable de la communication et de la prévention ( M. Graffan )

  • Des machinistes ( Pascal )

  • Un assistant agent de maîtrise ( Alain )

  • Un responsable d’équipe de nuit ( Henry )

  • Des mécaniciens

     

Quand on entre dans le Centre-Bus, on arrive dans une cour qui sert de parking pour les voitures et motos du personnel. Les bus sortent aussi par cette cour.

Du côté droit du Centre Bus, il y a une « salle machiniste » où les conducteurs peuvent se restaurer et se reposer avant de reprendre leurs services. Elle est équipée d’une « plaquette » qui distribue des tickets, de « radars » qui attribue à chaque machiniste sa ligne affectée et son horaire. Le personnel forme une équipe soudée et ils s’entraident beaucoup.

Du côté gauche, il y a un hangar à bus où ceux-ci peuvent être entretenus. Du côté droit, les bus restent au repos en attendant leur service.

Le carburant utilisé est l’essence et 30% de Diester (mais il est beaucoup trop dangereux pour qu’il soit mis dans les voitures).

Du côté gauche, il y a un atelier d’entretien et de réparations. Les autobus sont posés sur quatre verrains hydrauliques pour être réparés.

Les principaux matériaux mécaniques qui constituent ce type de véhicules sont divers et variés : moteur, transmission, boîte de vitesse, système de freinage et un énorme pot catalytique pour que l’air soit le moins pollué.

À l’entrée, les bus entrent et sortent du hangar. Il y a un capteur qui sert à enregistrer l’entrée et la sortie d’un bus.

Avant de devenir ce hangar, c’était un marché aux chevaux qui est encore visible grâce aux anneaux présents sur les murs qui servaient à attacher les chevaux.

 

Un machiniste est contraint à des règles très strictes : il ne peut pas prendre le volant s’il a bu ou s’il a consommé des substances illicites car les passagers qu’il prendrait dans son bus pourraient être en danger.

Chaque bus contient une caméra vidéo qui filme les passagers tout au long du voyage afin d’assurer leur sécurité. Chaque enregistrement est gardé et c’est pour cela qu’il y a le slogan : « Souriez ! Vous êtes filmés ! ». Il y a aussi des rétroviseurs dans lesquels le conducteur est obligé de regarder très souvent.

Cependant, les machinistes doivent aussi veiller à la protection des piétons qui ne font pas attention. Certains, sans le savoir, se mettent dans les « coins morts » du chauffeur. En effet, celui-ci ne peut pas voir tout ce qui se passe à l’extérieur de son bus. Les « coins morts » sont : juste devant le bus, derrière, à côté du bus ( surtout pour les vélos).

Un Centre Bus est toujours en activité que se soit de jour comme de nuit avec un peu plus de trafic dans la journée.

Marie-Rose Y et Clara G

Machiniste à la RATP

Au sein de l’entreprise de la RATP un conducteur de bus est appelé « machiniste ».

Il a pour missions d’assurer la sécurité de la clientèle, et de la conduire à destination.

  • Pour accéder à ce métier…

Un machiniste doit avoir un permis B et D puis suivre 6 à 8 semaines de cours théoriques, suivies 15 jours de pratique.

Après cette étape, il y a des épreuves (avec un contrôle continu, et un examen) qui se déroulent sur 8 semaines; on y apprend par exemple à analyser une panne. A l’issue de ces semaines de conduite et de maintenance, le futur machiniste passe un examen dont la fameuse « épreuve de plateau » : il doit effectuer une marche arrière, un slalome, et se garer dans un espace de 20 m !).

Ensuite ils sont prêts pour rejoindre la circulation sur la route mais en binôme. Il faut aussi vendre les tickets, accueillir des personnes handicapés… La formation peut se prolonger de 15 jours pour ceux qui ont des difficultés.

Tous les 3 ans, ils ont un nouvel examen qui consiste à être évaluer par un inspecteur, « passager mystère ».

Il faut au moins 21 ans pour postuler à ces postes, aimer conduire, et avoir une bonne maîtrise de soi même.

Durant notre visite au dépôt des bus du 13ème, certains machinistes nous ont déclaré qu’ils étaient des anciens conducteurs de poids lourds.

Nous avons remarqué une forte absence des femmes. La profession se féminise lentement (20%). Depuis peu, des femmes travaillent à l’atelier de mécanique.

Sihame.M 3°C , Doriane.K 3°C

  • Les conditions de travail du machiniste

Les machinistes se repartissent le travail sur trois horaires :

-la nuit (→ 18h00 à 1h30)

-le matin (→ 5h00 à 13h00)

-l’après-midi (→ 12h00 à 21h ou → 15h00 23h00)

Ils disposent chacun de leurs radars : ce sont des tablettes qu’ils utilisent pour connaître leurs horaires et le numéro de leur bus.

Ces horaires sont difficiles pour la vie de famille, ils sont irréguliers et ne sont pas prévus à l’avance.

Lors d’une course (du départ jusqu’au terminus), le temps du trajet peut varier en fonction des intempéries, du trafic et des temps de pause (prévus toutes les deux heures).

Ils doivent s’arrêter à chaque station pour prendre et déposer les voyageurs et garder le rythme de départ et la distance entre les bus suivants et précédents.

Leurs journées quotidiennes consistent à transporter les passagers du point de départ au terminus en passant par chaque arrêt de bus et à veiller au bon déroulement du trajet des voyageurs. Les machinistes n’ont pas d’heures fixes pour manger : ils mangent « ce qu’ils peuvent et quand ils le peuvent » faute de cantine.

Un machiniste  gagne 1640 euros brut /mois sur treize mois hors-primes, au début de sa carrière. L’avancement se fait tous les trois ans (à l’ancienneté) ; en fin de carrière, il gagne 2200 euros net/mois.

Les femmes touchent le même salaire que les hommes, mais elles sont encore minoritaires dans ce métier. (Les statistiques prouvent que les femmes causent moins d’accidents et conduisent plus vite que les hommes.)

L’ambiance de travail est bonne, le personnel de la RATP est soudé et solidaire. Ils se tutoient et s’appellent par leurs prénoms : une vraie complicité existe.

Mais dans le bus, le machiniste n’est pas toujours respecté par les passagers qui ne le saluent pas forcément et  le considèrent plus  comme une « machine » que comme un « humain ». Ils sont la première cible des passagers mécontents des services de la RATP.

Consultez la Fiche du métier de conducteur de bus sur le site de l’Onisep ! 

Leyna M et Mira V

A la découverte de la RATP

  • La rencontre au Collège avec M. Graffan :


    M. Graffan a 30 ans de métier. Il est actuellement responsable « Sécurité et prévention » à la RATP ( Régie Autonome des Transports Parisiens), il y dirige 950 personnes.

    Il a tout d’abord parlé des 463 métiers différents de cette entreprise. Nous avons été très étonnés car nous pensions qu’il n’y en avait que quatre (les contrôleur, le personnel de l’accueil et d’entretien et les conducteurs).

    Il nous a fait découvrir les différentes familles de métiers, et nous a informés sur les diplômes nécessaires pour devenir cadre (bac +6), opérateur (bac, brevet des collèges ou rien) et « en maîtrise » (BTS/DUT/ école).

    Dans cette grande entreprise laïque, il y a 43000 hommes et femmes qui travaillent et ont le même salaire à qualification égale. Il a également mentionné les horaires de travail des chauffeurs de bus, métro et tram. 

    Notez cette information secrète : en général les contrôleurs ne sont envoyés sur une ligne que lorsque le taux de fraudes est élevé.

     A l’occasion de cette rencontre, nous avons appris plusieurs choses sur la RATP qui nous ont surpris et étonnés.


  • L’entreprise RATP

Les familles de métiers :

- Direction et DRH (Direction des Ressources Humaines qui gère la formation et le recrutement des employés)

- Service financier

- Service juridique

- Ingénierie (Création et entretien des espaces)

- Informatique (Techniciens de maintenance pour l’entretien des logiciels et du matériel)

- Entretien, sécurité et communication (dont la gestion des magasins et orchestres dans le métro)

- International (Travail sur le développement à l’étranger)

- Transports (Conducteurs de bus, tram et métro mais aussi Chargé d’exploitation transport ou Responsable opérationnel sur le réseau de transport )

- Partenariat social (La fondation RATP)

- Comité d’ établissement : – Contacte les temps de spectacle, les tours opérators pour apporter aux agents des conditions favorables pour leurs loisirs .

- Détachements locaux (auprès du ministère des transports et des collectivités locales).

Pour plus de renseignements, cliquez ici !

Valérie, Samantha et Ibtissame



Notre mariage - Il nostro m... |
CANTERBURY T@LES |
high school musical et camp... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Millenium Development Goal
| Blog du niveau intermédiaire
| Gregmontres